Lassithi

Les visiteurs de Lassithi sont, dès le départ frappés par les incomparables beautés naturelles de la ville. Le calme et l’hospitalité dominent et la ville offre d’uniques itinéraires culturels et naturels vers les villages traditionnels, les gorges, les grottes, les habitats, les forêts, les sentiers anciens, les palais minoens, les monuments médiévaux, les monastères, les chapelles, les oliveraies, les vignobles et les jardins qui s’étendent à l’infini.

C’est un lieu à la grande tradition touristique, dont les hôtels, qui ont obtenu des distinctions internationales, offrent des services de qualité supérieure. Ici se trouvent quelques-uns des centres les plus importants de la civilisation minoenne, les palais de Zakros, les cités minoennes de Palaikastro et de Gournes, les centres maritimes de Mochlos et Pseira, et les cités étéocrétoises de Praissos et Driros, où s’étaient établis les derniers minoens, les Étéocrétois, les « Crétois authentiques », tandis que, au haut-plateau de Lassithi se trouve l’Antre de Dicté où, selon la mythologie, Rhéa donna naissance à Zeus.

Outre les cités antiques et les monuments du Moyen Âge et de la Renaissance, vous découvrirez le patrimoine architectural moderne de la région, austère mais intéressant, composé principalement d’édifices et d’ouvrages en pierre, de moulins à eau et à vent, de fontaines et autres vestiges de la vie agricole et pastorale, ainsi que de petits travaux de fortification. Il existe également plusieurs édifices religieux, quatre grandes villes pleines de vie et de nombreux villages, dont certains sont abandonnés et, d’autres, bien animés.

En route, vous passerez par Neapoli, ville des lettres et de l’esprit, à la grande tradition historique, la belle place et les anciennes maisons de maître. De là, vous vous rendrez à la ville d’Agios Nikolaos qui s’est développée sur les vestiges de la ville antique « Lato pros Kamara ». Elle reçut son nom actuel de la petite église byzantine d’Agios Nikolaos, construite au VIIe siècle, qui conserve encore de très anciennes peintures murales. Passé l’église, le paysage naturel et la vue sur la baie et la ville sont uniques. Agios Nikolaos est réputé pour son lac pittoresque et son ambiance cosmopolite. Le lac rejoint la mer par un canal étroit. Le paysage naturel et la vue envoutent les visiteurs qui peuvent en profiter tandis qu’ils se détendent dans les restaurants et les cafés des alentours. Le port, entouré de maisons et illuminé, le soir, par les lumières des boutiques, des caïques et de bateaux de croisière qui mouillent au quai, fascine tout visiteur.

La route en bord de mer, longée de boutiques, de restaurants, de bars et d’hôtels, commence au pont du lac et anime le port dont la beauté est complétée par la petite île et son phare et la grande île avec l’église Agion Panton et les chèvres sauvages, les « krikris ». Au centre-ville, où se trouve le monument aux Héros et la cathédrale Agias Triadas (Sainte-Trinité), la place Eleftherias (de la Liberté), pleine d’animation, est un point de référence. Un peu plus loin, vous trouverez l’un des plus beaux ports de plaisance de la mer Égée, construite selon les normes européennes, qui se trouve à deux pas du cœur de la ville et accueille des navires du monde entier. À ne pas manquer : une visite au musée archéologique de la ville, avant de se rendre à Elounda.

Elounda combine la montagne à la lagune et est l’un des plus beaux lieux de villégiature de notre pays où vous trouverez de nombreux hôtels de luxe. En face de Plaka d’Elounda, la célèbre île de Spinalonga avec son fort vénitien était un point fort de Crète sous l’occupation vénitienne et le dernier site de l’île à être occupé par les ottomans. Après la libération, elle servit de lieu de réunion des lépreux de toute la Grèce. Avant de partir pour Ierapetra, rendez-vous à Kritsas, un très beau village traditionnel, à une distance d’environ 11 km d’Agios Nikolaos.

Les quelques fouilles menées ici ont révélé le site de l’agora et du Prytaneio, l’estrade et le sanctuaire de la ville antique de Lato Etera. À une distance d’un kilomètre du village, se trouve son église la plus remarquable, « Panagia Kera ». Il s’agit d’un édifice à trois nefs, à coupole et contreforts. L’église entourée de cyprès crée une image pittoresque. En suivant la route sinueuse vers Ierapetra, vous passerez par Kalo Chorio d’où la vue sur la baie de Mirabello vous enchantera. Dans l’antiquité, il s’y trouvait la ville d’Istron. De nos jours, c’est un beau site touristique, pour s’y baigner et pour prendre le repas dans les tavernes locales.

Ierapetra, la ville sur la mer Libyenne, est la ville la plus méridionale d’Europe. Promenez-vous au centre-ville, le long du quai ou dans les ruelles pittoresques de Kato Meria, et savourez l’ambiance du vieux quartier. Aujourd’hui, les divers cafés, bars et restaurants font d’Ierapetra un lieu de vacances idéal. Ici, vous trouverez l’ancienne maison crétoise où Napoléon Bonaparte se vit offrir l’hospitalité lorsque sa flotte mouilla au large du port, sur la route vers l’Égypte.

La mosquée médiévale et la fontaine de style islamique, des monuments caractéristiques de l’ère ottomane, sont splendidement conservées. Située dans le vieux-Ierapetra (Kato Mera), elle fut bâtie vers la fin du XIXe siècle lorsque, comme il est dit, les ottomans occupèrent et réaménagèrent l’église d’Agios Ioannis. Il s’agit d’un grand édifice, en très bon état, dont l’entrée est ornée d’une inscription en marbre se référant au Coran. Son minaret, qui surplombe tout le quartier, a été restauré en 1953. Juste en face, se trouve la fontaine ottomane qui, elle aussi, a fait l’objet de travaux de rénovation.

Le célèbre Kalè qui orne le port aurait été construit par le pirate genevois Pescatore en 1212 et est indissolublement lié à l’histoire de la ville. Ne manquez pas de visiter également la villa vénitienne d’Etia, l’agglomération médiévale de Voïla et la riche collection archéologique. À l’est et à l’ouest de la ville, depuis Myrto à Makry Gialo, vous découvrirez d’innombrables plages aux eaux bleues cristallines, dont plusieurs reçoivent le Drapeau Bleu tous les ans.

À Ferma, un lieu de villégiature sur la mer Libyenne, à 16 kilomètres d’Ierapetra, les fouilles archéologiques ont découvert une villa minoenne et une villa de l’ère romaine. À 16 kilomètres à l’ouest d’Ierapetra, dans l’agglomération de Myrtos, on découvrit les sites « Fournos » et « Pyrgos », deux établissements minoens.

Enfin, la maison de Napoléon. C’était en juillet 1798, lorsque la flotte de Napoléon qui se dirigeait vers l’Égypte lors de la campagne contre les Mamelouks, jeta l’ancre au large d’Ierapetra. Bonaparte fut accueilli par une famille de la ville. L’ancienne maison crétoise, à « Kato Mera », garde encore le souvenir de cette visite historique ! Est-ce une légende ou la réalité ? Napoléon marqua vraiment une étape en Crète et passa une nuit à Ierapetra sans déclarer son identité avant de partir le lendemain en laissant sur son oreiller un message laconique qui disait, en français : « Si vous voulez savoir quel était l’étranger que vous avez accueilli, sachez que je suis Napoléon Bonaparte ». La maison se trouve dans le vieux quartier, elle est classée et a été restaurée par le service compétent. Elle appartient à la Ville d’Ierapetra.

Sitia, disposée en amphithéâtre, avec le fort de Kazarma et son pittoresque vieux-Sitia, est la ville de la liesse et du divertissement. Itis ou Itia était l’antique cité de Crète orientale, située à peu près sur le site de l’actuelle Sitia. C’est ici qu’est né Myson, un des sept sages de l’Antiquité. La ville byzantine se trouve sous la ville actuelle. C’est ici qu’est né Vitsentzo Kornaro, le grand poète grec, auteur d’Erotokritos. N’omettez pas de visiter le musée archéologique et le musée d’art populaire dont les collections sont très riches, d’admirer la vue sur la baie de Sitia depuis le fort vénitien de Kazarma, de déguster les pâtisseries du pays, de vous détendre dans les cafés pittoresques du port et de savourer la cuisine crétoise dans les tavernes et les restaurants de la ville. Admirez les monuments historiques, tels que le monastère Toplou, le monastère Kapsa, la résidence vénitienne à Etia, et le village médiéval de Voïla dont ne restent que des vestiges.

Rendez-vous dans les merveilleux villages de Sitia et les sites archéologiques disséminés un peu partout : le palais minoen de Zakros, un site archéologique majeur de Crète orientale, Itanos l’hellénistique, les agglomérations minoennes de Mochlos et de Palaiokastro, et le théâtre romain de Koufonisi. Nagez près de l’unique forêt de dattiers en Europe qui se trouve à Vaï, aux plages désertes de Chiona, Xerokambos et Makrys Gialos, sur la mer Libyenne.

Lassithi vous attend !