Coutumes Religieuses

PLUSIEURS COUTUMES SONT RAVIVEES A LA CAMPAGNE ENTRE NOEL ET LE JOUR DE L'AN.

Dans le passé, les animaux blancs (moutons et vaches) devaient entrer dans les maisons pour en éloigner les mauvais esprits. De même, des oignons marins sont accrochés aux portes comme des symboles d’immortalité. L’une des traditions modernes de Noël les plus remarquables est la Divine Liturgie, qui se tient dans une véritable crèche, dans la grotte de Marathokefala.

D’anciennes coutumes de guérison des malades persistent. A Sfakia, les patients offrent des poupées en pâte à Saint Antoine pour guérir leurs maladies et à Psiloritis, des pains de forme humaine, appelés lazaropsoma, sont donnés en offrande durant les services commémoratifs. Pendant le festival d’Agia Pelagia, les malades enterrent leurs jambes ou leurs mains douloureuses dans le sable de la plage. A Achlade, des vêtements sont accrochés au pistachier térébinthe sacré de Saint Antoine. La fête de la Sainte Croix en haut du mont Kofinas fait revivre une coutume issue du culte des arbres ; les fruits de trois arbres, que les habitants appellent pommes de Kofinas, sont récoltés, bénis par le prêtre et partagés entre les pèlerins qui s’en nourrissent.

Le carnaval est une autre grande fête profondément enracinée dans le passé et célébrée avec enthousiasme à des endroits comme Gergeri à Héraklion, avec ses arkoudiarides (qui signifie ours sauvages) portant des fourrures et des cloches, les visages sales des lerades, le siviani qui est un masque spécial fabriqué à partir de racines d’aloe vera américain (appelé en grec la plante immortelle) et d’autres figures typiques comme le chameau et le cadi (juge turc). Les grandes villes de l’île organisent des défilés et des chasses au trésor.

Outre les coutumes communes de Pâques en Grèce, la Crète a ses propres traditions locales. Citons la vente aux enchères de la Croix, la bénédiction des moutons sous l’épitaphe, l’autodafé de Judas, l’acheminement silencieux de la Sainte Lumière dans les foyers et les œufs rouges déposés sur les tombes. Au cours de la célébration de Saint Jean le Théologien à Marmaketo, sur le plateau du Lassithi, les orchidées séchées de l’épitaphe refleurissent. A Agios Thomas et dans les montagnes d’Asterousia, les anciennes pratiques sont maintenues : temples et maisons sont entourés de cordes cirées pour éloigner les mauvais esprits.

D’autres traditions existent, comme celle de Klidonas à la fin juin, le jour de la Saint Jean-Baptiste. Au cours de la fête de la Transfiguration du Christ, les pèlerins consacrent les premiers raisins de la saison à la bénédiction de leurs vignobles, tandis que le même jour, au sommet du pic Afendis dans les montagnes de Dikti, les participants cherchent des pièces de monnaie enterrées autour de l’église. Le 3 novembre, jour de la Saint Georges Methystis (« methystis », qui rend ivre), les premiers tonneaux de vin sont ouverts. Les villages d’Asi Gonia et de Karoti à Réthymnon accueillent les célébrations de la Saint Georges. Des brebis sont traites devant le prêtre et le lait est partagé entre les membres de la communauté.