Basilique paléochrétienne d’Agios Nikitas | Locations

Basilique paléochrétienne d’Agios Nikitas

  • MAP
  • LIKE

La petite église à nef unique d’Agios Nikitas se trouve à 300 mètres environ de la forteresse de Frangokastello. Elle est construite sur les ruines d’une basilique paléochrétienne, dont les murs et le sol en mosaïque sont encore visibles autour de l’église.

La basilique date de la seconde moitié du VIe siècle, époque de prospérité pour les côtes sud de l’île. Lors des fouilles de la basilique, on a constaté que les murs étaient conservés sur une profondeur importante, ce qui signifie que l’église a été abandonnée et a progressivement dépéri au milieu du VIIe siècle, lorsque les incursions arabes ont commencé.

Des parties architecturales de la basilique ont été utilisées pour la construction de la forteresse. La basilique d’Agios Nikitas possède un transept et mesure 26 mètres de long. Elle se termine à l’est par une abside en hémicycle et au sud par un narthex. La section est de la nef sud, dont une grande partie est détruite, n’a pas été fouillée. Le sanctuaire occupe la partie est de la nef centrale.

Il communiquait avec deux petits pastophoria rectangulaires dont seul subsiste celui au nord. La nef centrale est délimitée par des piliers très bas, qui s’interrompent à environ 3,50 m du mur ouest de l’église. On peut en déduire la présence éventuelle d’une sorte de narthex intérieur. Le sol de la basilique était couvert d’une mosaïque, dont la majeure partie est encore en très bon état de conservation. Elle n’est abimée que dans la partie est de la nef sud et dans le sanctuaire.

Sur le sol, on voit surtout des motifs géométriques mais aussi des représentations d’animaux, comme celle d’un bouc au milieu de branches dans la nef nord. Les dessins du sol de la basilique composent un ensemble intéressant qui se différencie des mosaïques classiques de la Crète, tout en suivant cependant le style provincial du milieu du VIe siècle. L’église à nef unique d’Agios Nikitas est construite sur l’emplacement du « bema » (sanctuaire) de la basilique.

Des éléments architecturaux de la basilique ont été utilisés pour sa construction, comme les deux colonnes de marbre incorporées au milieu des murs latéraux. La mosaïque d’origine a été utilisée pour le sol de l’église. L’église possédait des décorations murales, qui aujourd’hui sont en grande partie recouvertes ou entièrement détruites. On peut cependant distinguer des traces de la Dormition de la Mère de Dieu sur le mur nord et de l’Ascension sur la voute du sanctuaire. Les fresques permettent de conclure que l’église date de la seconde moitié du XIIIe siècle.