Palais de Phaistos | Locations

Palais de Phaistos

  • MAP
  • LIKE

Le palais de Phaistos, l’un des plus importants palais minoens et le deuxième par la taille (environ 18 000 m2) après Cnossos, est bâti sur une hauteur à l’extrémité ouest de la plus grande et plus prospère plaine de Messara. De cet emplacement, le seigneur local contrôlait non seulement les produits de la plaine mais aussi l’accès à la mer et les ports du golfe de Messara (Kalamaki, Kommos et Matala).

Cette hauteur s’inscrit dans une chaîne de petites collines qui s’étendent vers l’est, entre le massif montagneux d’Ida au nord et d’Asterousia au sud, arrivent jusqu’à la mer et ferment la plaine à l’ouest. Selon la mythologie, à Phaistos régnait la dynastie de Radamante, fils de Zeus et frère de Minos. Le palais de Phaistos est considéré comme un exemple typique de palais minoen en raison de son exceptionnelle composition architecturale et de sa construction irréprochable. Le premier palais de Phaistos a été construit au début du IIe s. av. J.-C., au sommet de la colline la plus basse qui fut aplanie et aménagée en conséquence.

Le premier palais vécut environ trois siècles (2000-1700 av. J.-C.). Il fut détruit vers 1700 av. J.-C. par un grand incendie. Sur les décombres, un nouveau palais encore plus majestueux fut construit puis détruit, comme tous les autres centres minoens à la moitié du XVe s. av. J.-C. La plupart des vestiges visibles aujourd’hui appartiennent à ce palais qui n’était plus en activité. Seules certaines parties furent habitées par des particuliers à l’époque post-palatiale récente. Le temple de la « Grande Mère » ou de Rhéa, qui a été découvert sur des ruines pré-palatiales dans la partie sud du palais, date de la période archaïque.

On distingue dans le site archéologique des vestiges de l’ancien et du nouveau temple. Les vestiges de l’ancien temple sont désormais abrités. On y accède par une cour dallée (cour ouest). Une voie de procession traverse la cour en diagonale. À son extrémité nord, une série de 8 marches d’une longueur de 22 m faisait office de gradins de théâtre, tandis qu’à l’extrémité sud se trouve le propylée de l’ancien palais et une seule colonne.

À l’angle nord-est de la cour ouest se trouve un sanctuaire tripartite de l’époque proto-palatiale. Derrière le sanctuaire, on trouve le monumental escalier des propylées du nouveau palais et ensuite les propylées, l’impressionnante entrée du palais minoen. Au sud-est des propylées, à proximité d’un puits de lumière, un escalier étroit conduit aux réserves, tandis qu’à droite de l’escalier se trouve la salle des bains lustraux. Un large corridor relie la cour ouest et la cour centrale. La partie du palais qui se trouve du côté ouest de la cour centrale est composée de petites pièces sacrées, comme en témoignent les objets de culte qui y ont été découverts. Des haches à double tranchant étaient gravées sur les murs de certaines de ces pièces.

Le côté est de la cour centrale abrite l’aile des ateliers. À l’angle nord, un étroit corridor se dirige vers l’est et sépare les ailes est et nord. Au sud du corridor se trouvent quatre pièces communicantes. On y a découvert des rhytons, des pots, des cornes de pierre et des haches à double tranchant. Une galerie avec une colonnade se trouve à l’est de ces pièces. L’entrée de l’aile nord, donnant accès aux appartements royaux, se trouve au milieu du bâtiment. Un corridor pavé en plein air, bordé d’une canalisation permettant l’évacuation des eaux de pluie, aboutit à la petite cour nord. À droite et à gauche, de petites pièces s’ouvrent sur le corridor. Un autre corridor à l’est de la cour nord aboutit à une cour est, plus grande, au centre de laquelle il y a un four. On y a trouvé deux tours de poterie.

De la cour nord, un couloir se dirige au nord vers les appartements royaux, à un niveau inférieur. À gauche du couloir se trouve la salle de la reine. Derrière, un escalier étroit conduisait à l’étage supérieur. Au nord de la salle de la reine se trouve le megaron du roi, décoré de riches fresques et dallé de plaques d’albâtre jointes par du stuc rouge, comme celui de la reine. La partie nord-est du palais constitue une section indépendante datant de l’époque proto-palatiale et est reliée au palais. C’est dans l’une de ses pièces qu’a été découvert le fameux disque de Phaistos, couvert sur ses deux faces de hiéroglyphes formant une spirale.

Les fouilles du palais ont été commencées en 1884 par les Italiens Fred. Halbherr et Ant. Taramelli. Après la proclamation de l’État crétois en 1898, des fouilles ont été réalisées par Halbherr et L. Pernier (1900-1914) puis par Doro Levi (1950-1971), sous l’égide de l’École italienne d’archéologie d’Athènes. Parallèlement aux fouilles, des travaux de restauration et de consolidation de petite ampleur ont été effectués. Certains endroits du site ont été protégés par une plaque de béton ou une couverture en plastique.

  • Accessible aux personnes handicapées: OUI
  • Heures d’ouverture: 08:00-15:00