Immeuble Liopyrakis | Locations

Immeuble Liopyrakis

  • MAP
  • LIKE

L’immeuble Liopyrakis constitue incontestablement l’exemple majeur du néoclassicisme romantique à Héraklion. Œuvre de l’architecte Dimitris Kyriakou, il commença à être construit vers la fin des années 1900. Ce fut l’une des plus somptueuses résidences construites dans le premier quart du siècle sur l’artère principale de la ville, la rue du 25 Août.

La construction de ces immeubles, qui composaient un remarquable ensemble architectural, donna à la rue une allure nouvelle, européenne. Ces bâtiments grandioses construits les uns à côté des autres sont la raison pour laquelle la Ruga Maistra vénitienne, appelée Vizir Casci sous l’occupation ottomane, fut dédaigneusement baptisée « Avenue de la tromperie » ou « Avenue de l’illusion » ; en effet, elle donnait une fausse impression de la ville qui se cachait derrière ces façades.

Désormais divisé en deux propriétés indépendantes, l’immeuble se trouve à l’angle de deux rues et compte deux étages, ainsi que trois parties intermédiaires à un étage. Les parties de deux étages sont couvertes d’une toiture en bois et en tuiles, tandis que les parties à un étage sont couvertes d’une terrasse. À l’angle, la façade en biais a été dessinée avec une attention toute particulière. Le rez-de-chaussée abritait des magasins tandis que les étages étaient destinés aux habitations. L’architecture du bâtiment est très intéressante et constitue un exemple représentatif des tendances du début du XXe siècle. Les éléments porteurs verticaux sont en maçonnerie alors que les éléments horizontaux sont des poutres métalliques en T, reliées par de petites voutes en pierre.

Le bâtiment se distingue par les solutions architecturales originales qui furent retenues lors de sa conception. La décoration dominante apparaît au premier étage, alors que le rez-de-chaussée se caractérise par sa robustesse. Le deuxième étage suit le modèle « attique », à savoir une hauteur moins importante et un style plus simple qu’au premier étage. Le deuxième étage n’est pas uniforme mais s’interrompt en trois points. Les pièces qui s’interposent apportent des solutions intéressantes du point de vue de la construction et de la conception.
(Auteur : Chrysoula Tzobanaki, architecte – archéologue)