Église Zoodochou Pigis | Locations

Église Zoodochou Pigis

  • MAP
  • LIKE

La grande église de Zoodochou Pigis (La Source de vie), également appelée Ai kir Giannis (littéralement « Saint-Sieur-Jean ») du nom de son fondateur Ioannis Xenos, se trouve dans la plaine de Chania, entre les villages d’Alikianos et de Koufos.

Elle fut construite vers 1030, dans le cadre d’une intense activité du saint dans l’ouest de la Crète. C’est une église à croix inscrite, couverte d’un dôme et aux nefs latérales très profondes. Les parois sont aménagées avec des doubles absidioles aveugles, tandis que les techniques utilisées sont celles de la « brique cachée » et de la gravure dans le crépi des fausses cloisons. L’abside pentagonale est ornée de niches et d’arcades aveugles, tandis que la fenêtre trilobée est bordée de demi-colonnes.

Peu après la construction de l’église, un narthex tripartite fut ajouté à la partie ouest. Les parties latérales du narthex sont couvertes par des voutes en arête et la partie centrale par un petit dôme surélevé. Au XIVe siècle, la voute sud-est s’effondra et une arcade semi-circulaire soutenue par un pilastre fut construite à sa place. On peut dater du XVe siècle la reconstruction du portail sud-ouest de l’église, couvert par un arc brisé.

Les parois intérieures sont recouvertes de deux couches de fresques. La couche initiale, qui remonte au XIe siècle, a été découverte récemment lors de travaux de conservation dans la baie de l’angle nord-est. Bien qu’elle ne soit pas dans un très bon état de conservation, elle est l’œuvre d’un artiste de talent. Sur les murs sont représentés des saints guérisseurs, en pied sur les murs et en buste sur la coupole.

La deuxième couche comprend Notre-Dame du Signe dans l’abside, des saints en pied et en buste, et des scènes du cycle évangélique. Saint Jean l’Étranger est représenté au milieu de ses disciples à l’emplacement ultérieur de l’iconostase.

Ces fresques sont également l’œuvre d’un peintre de talent de la première moitié du XIVe siècle, qui expriment des tendances certes académiques mais plus populaires. À l’extérieur, sur le portail en gothique tardif et l’arc de décharge qui ont été reconstruits au XVe siècle dans la construction en arc de cercle aveugle au sud-ouest, il subsiste d’une troisième couche de peinture quelques représentations de prélats et de moines – dont probablement Jean l’Étranger – et de la Vierge Source de vie. L’église était pratiquement en ruine avant d’être restaurée, sommairement d’abord par les habitants puis, vers 1950, par l’académicien A. Orlandos.

Récemment, d’importants travaux de restauration de l’église et de conservation de la décoration murale ont été réalisés. Lors des travaux de soutènement, des fouilles effectuées à l’intérieur et autour de l’église ont permis de découvrir un cimetière de la période byzantine intermédiaire, qui fut utilisé du XIe au XIXe siècle. Le dôme a également été restauré sur la base de la décoration architecturale de l’abside et du dôme semblable de l’église d’Agios Dimitrios à Agios Dimitrios Rethymnou.