Eleftherna | Locations

Eleftherna

  • MAP
  • LIKE

Les fouilles ont commencé dans la région il y a seize ans, en 1985, lorsque le département d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Crète décida de chercher et de mettre au jour la cité antique dont font mention des témoignages écrits.

Des fouilles de faible envergure avaient été réalisées dans la région en 1929 par l’École britannique d’archéologie sous la direction d’H. Payne. Les vestiges ont été découverts dans la région des deux villages voisins actuels Eleftherna et Archaia Eleftherna qui se trouvent au pied du mont Psiloritis au nord, à 24 et 29 kilomètres de Réthymnon respectivement. Plus précisément, les découvertes les plus importantes ont été faites sur trois emplacements d’une colline située entre deux torrents : au lieu-dit Orthi Petra à l’ouest de la colline (secteur des fouilles III), au lieu-dit Pyrgi au centre de la colline (secteur II) et au lieu-dit Katsivelos sur le côté est de la colline (secteur I).
Tout aussi intéressants sont les vestiges découverts dans la région Nisi, près du village actuel d’Eleftherna, qui proviennent principalement d’une localité de la période hellénistique. Au lieu-dit Orthi Petra, l’équipe dirigée par l’archéologue et professeur N. Strambolidis a mis au jour une nécropole des temps géométriques et archaïques, ainsi que des bâtiments et des rues hellénistiques et romains qui avaient été bâtis sur de plus anciens.

Maison 2 – Eleftherna
La maison 2 se trouve sur la grande terrasse qui couvre l’espace entre les bains publics et la basilique paléochrétienne dans le site archéologique du secteur est I d’Archaia Eleftherna (lieu-dit Katsivelos). Elle se compose de deux ailes de plusieurs pièces, de chaque côté d’un grand atrium rectangulaire. L’aile sud possède deux grandes pièces et, au nord, un espace divisé en deux couloirs étroits par un mur.
Le bâtiment a été construit en deux étapes. La première phase s’interrompt probablement peu avant le dernier quart du IIIe s. av. J.-C., lorsque le bâtiment change de forme et peut-être de fonction, pour être définitivement abandonné à la fin du IVe s, av. J.-C. Un conduit d’évacuation incliné de l’ouest vers l’est a été découvert. Le sol et les bords du conduit sont recouverts d’un épais crépi rougeâtre. Sur le remblayage de l’atrium, après l’abandon de la maison, une tombe cubique de la période protobyzantine a été construite.
Le côté nord de la maison comprend six pièces, dont certaines sont en parfait état de conservation. Sur le linteau d’une porte est gravée l’inscription « Neikin toi Kirioi ». Dans la même pièce, sur le niveau de destruction, on a trouvé de remarquables petits objets en os, quarante-deux pièces de bronze, etc. Dans une autre pièce, les fragments d’un sol en mosaïque aux motifs géométriques ont été découverts. Le bâtiment possédait un étage où se trouvait le gynécée. La phase de destruction de la maison peut éventuellement être imputée à la période de persécution des Chrétiens sous Trajan Dèce (249-251 ap. J.-C.).
Pont hellénistique Le pont se trouve dans la région de Langa, qui avoisine au nord-ouest avec la commune d’Alpha. On le rencontre après le confluent des trois torrents (Faraggitis, torrent de Chalopota, Nisi), sur leur partie la plus au sud qui coule entre Langa et Alpha. Le pont a progressivement été taillé dans la roche naturelle, tandis que le reste est bâti. C’est un pont à voute en pointe exceptionnellement bien conservé. Il date du IIe s. av. J.-C.