Église d’Agios Georgios (Georgioupoli) | Locations

Église d’Agios Georgios (Georgioupoli)

  • MAP
  • LIKE

L’église d’Agios Georgios (Saint Georges) se trouve à Kournas, un village à l’intéressante architecture populaire. Elle a été construite à la fin du XIIe siècle, à l’origine dans le style de la basilique à trois nefs couverte d’une charpente, avec un narthex et des arches aveugles sur les côtés. Vers 1230, on ajouta au sud la nef du Christ, couverte d’une charpente.

Plus tard, la charpente fut remplacée par des arches brisées avec des flèches sur les nefs principales et semi-cylindriques sur les nefs annexes. À la fin du XIXe siècle, quelques séries d’arches, qui séparaient les nefs et le mur sud de la basilique initiale, furent remplacées par de grandes arches réunissant l’ensemble, tandis que le narthex fut démoli et qu’un clocher trilobé joliment décoré fut ajouté à l’ouest. Les angles furent renforcés des pilastres taillés. Ultérieurement, deux grandes fenêtres furent ouvertes dans les murs sud et nord.

À l’intérieur, la 13e Inspection des antiquités byzantines a découvert sous le crépi une décoration murale, partiellement conservée, datant de trois périodes. On a constaté qu’à l’origine, des saints avaient été peints sur les parties basses de la basilique et des scènes de l’Évangile sur les parties supérieures. Représentée en deux scènes au-dessus des prêtres célébrant la messe et du Christ enfant de l’abside centrale, la Communion des Apôtres est en très bon état de conservation. Il existe également une représentation d’un Christ donnant la lumière, surdimensionné, avec la Vierge et Saint Jean le Précurseur priant, à une plus petite échelle.

La première couche de peinture, réalisées par deux artistes différents, remonte à la fin du XIIe siècle. C’est une œuvre d’excellente facture, dans la tradition de l’art qui prédominait alors en Crète. À noter qu’en dépit de l’utilisation des lignes dans la peinture, on constate une intense plasticité dans le rendu des volumes et une transparence dans les couleurs.

La seconde couche recouvre la nef du Christ et les surfaces de l’ouverture en arche, qui a été créée dans l’épaisseur du mur du sanctuaire et a détruit une partie de la décoration initiale. C’est sans doute à cette même intervention que l’on doit la transformation de la nef sud d’origine en une nef à voute et sa décoration par des fresques. Dans l’abside, un Christ Pantocrator surdimensionné est à nouveau représenté, ainsi que les prêtres célébrant la messe.

La couche initiale a été martelée et recouverte par une couche plus récente. Dans l’ouverture entre les deux églises, les remarquables représentations de Saint Stéphane et de Saint Germain sont encore visibles. Elles se distinguent par la plasticité des visages qui contraste avec les corps plats. Sur le linteau du mur ouest, la représentation de la Crucifixion et la figure juvénile de Saint Jean le Théologien à côté du centurion sont partiellement conservées.

La décoration de la nef du Christ date de la troisième décennie du XIIIe siècle, mais fut ensuite partiellement recouverte d’une autre couche de peinture. La représentation de la Prière dans l’abside de Saint Georges a également été remplacée par une plus récente au début du XIVe siècle. Sur le plan architectural, l’église initiale d’Agios Georgios est un exemple de l’évolution de l’architecture byzantine intermédiaire en Crète et de la simplification de ses éléments.

La décoration d’origine confirme le fait que, durant la période byzantine intermédiaire, la Crète fut, dans le domaine artistique, une province importante qui reçut de la capitale une influence de grande qualité jusqu’au milieu du XIIIe siècle environ.