Église d’Agios Nikolaos | Locations

Église d’Agios Nikolaos

  • MAP
  • LIKE

L’église d’Agios Nikolaos se trouve près du petit village de Kyriakoselia, au pied d’une colline sur laquelle est bâti le fort du même nom, de l’époque byzantine ancienne, qui contrôle le principal axe routier vers l’ouest et l’entrée du golfe de Souda.

De 1230 à 1236, les rebelles locaux, sous le commandement de nobles vénitiens et avec le concours des troupes de l’empire de Nicée de Jean Vatatzes, s’installèrent dans le fort. Ils partirent après la conclusion d’un traité par le port de Souda. Selon le chercheur M. Borboudakis, l’église et ses fresques firent à cette époque l’objet d’importantes interventions.

Construite vers le XIe siècle, cette église à nef unique possède un plafond vouté et probablement un tambour, comme en témoignent les fenêtres initiales dans les absidioles latérales aveugles. Des éléments archaïques, comme la grande abside semi-circulaire et la fenêtre trilobée, l’utilisation de ceintures de briques, combinée à une maçonnerie commune, coexistent avec des éléments contemporains, comme l’agencement des façades avec des arcades aveugles, qui viennent de la capitale après que la Crète a eu été libérée des Arabes.

Au XIIIe siècle, l’église subit d’importantes modifications, comme le rehaussement des baies latérales, l’installation d’un toit cruciforme et l’ajout d’un dôme. Au début du XXe siècle, le mur ouest fut démoli et une salle fut ajoutée. À la même époque, l’église fut dotée d’une riche décoration dont subsiste encore une grande partie. Dans l’abside sont représentés la Vierge sur un trône entre deux anges agenouillés, la Communion des Apôtres dans deux scènes et plus bas les prêtres célébrant la messe et le Christ enfant. La coupole est décorée du Christ Antiphonitis entouré des quatre archanges agenouillés, de prophètes dans le tympan et d’évangélistes dans les triangles sphériques.

La partie est de la voute semi-circulaire est couverte par une monumentale représentation de l’Ascension et la partie ouest par la Pentecôte. Sur les pilastres est, qui semblent faire fonction d’iconostase, sont représentés le Christ Antiphonitis, la Vierge des Blachernes, Saint Nicolas, évêque de Myre, Saint Nicolas le Confesseur de Cydonia, à qui l’église devait être consacrée. Plus bas sont représentés des saints en pied, les prélats étant à l’est et les confesseurs à l’ouest. Les autres surfaces sont couvertes de représentations provenant de trois cycles iconographiques : le cycle de la Vierge mettant l’accent sur la jeunesse de la Mère de Dieu, le cycle évangélique particulièrement développé, et la vie de Saint Nicolas de Myre, puisqu’il semblerait qu’il n’existait pas de cycle iconographique de Nicolas le Confesseur.

La technique de la fresque et des couleurs somptueuses, comme le « bleu d’Égypte », ont été utilisées pour la décoration murale de l’église de Kyriakoselia. En plusieurs endroits, notamment pour les visages, où l’on a employé la technique du fresco-secco, on distingue les lignes fugitives de l’ébauche. Du point de vue des icônes, la tradition du XIIe siècle est respectée et l’on distingue des liens avec d’autres monuments crétois, comme l’église toute proche d’Agios Georgios au village de Kournas. Le style montre que plusieurs peintres ont participé à la décoration.

D’une manière générale, le rendu des volumes suit le processus imposé par la tradition de la période des Comnènes ; la linéarité et la normalisation commencent à laisser la place aux tendances qui domineront à l’époque des Paléologues. On constate une qualité exceptionnelle dans le rendu des personnages, qui sont l’œuvre d’un peintre de très grand talent. Elles datent de 1240 environ.