Musée archéologique d’Agios Nikolaos | Locations

Musée archéologique d’Agios Nikolaos

  • MAP
  • LIKE

Le Musée archéologique d’Agios Nikolaos a été créé afin de pouvoir exposer les objets découverts dans l’est de la Crète qui jusqu’alors étaient transférés au musée d’Héraklion. L’exposition n’a pas encore acquis sa forme définitive mais couvre déjà une très longue période allant du Néolithique à la fin de la période gréco-romaine.

Des spécimens représentatifs de différents styles et de différentes époques permettent au visiteur de suivre l’évolution de l’art dans la région au fil du temps. Les offrandes funéraires découvertes dans le cimetière du Minoen ancien d’Agia Fotia près de Sitia (3000-2300 av. J.-C.) dans la première salle et les objets du palais de Mallia mis au jour lors des fouilles de l’École française d’archéologie dans la quatrième salle sont les ensembles les plus grands et les plus importants. La pièce maitresse du musée est le vase en terre cuite connu sous le nom de « Déesse de Myrtos ».

Le bâtiment du musée est rectangulaire et possède huit salles d’exposition, agencées en cercle autour d’un atrium central pavé de forme rectangulaire. En face, une cour couverte conduit aux bureaux du service (anciennement, l’Inspection des antiquités) et à l’atelier de conservation d’un côté et à un jardin en forme de U qui entoure le bâtiment central. En entrant dans le hall par l’entrée principale du musée, le guichet est sur la gauche, tandis qu’une boutique de livres et de cartes et la petite pièce des gardiens du musée se trouvent derrière. Les toilettes se trouvent sur la droite.

Les salles d’exposition sont en face. Le visiteur se dirige vers la gauche et peut, en suivant le sens des aiguilles d’une montre, peut voir les objets regroupés par provenance et dans un ordre chronologique. Dans la première salle sont exposées les offrandes funéraires découvertes en 1971 dans le cimetière de bord de mer d’Agia Fotia. Ce cimetière, le plus important de la Crète préhistorique par le nombre de tombes et l’un des plus grands de Grèce, comptait au moins 260 tombes et plus de 1600 vases, quelques poignards en bronze et de nombreuses lames en obsidienne (3000-2300 av. J.-C.). Fabriqués sans l’aide d’un tour de potier, les vases ont des formes variées et témoignent de relations et d’influences à la fois à l’intérieur de la Crète (en particulier avec la Crète centrale) et avec les Cyclades. L’influence cycladique est d’ailleurs si forte que l’on peut parler de culture créto-cycladique.

Dans la deuxième salle est exposé un autre remarquable ensemble plus récent de poteries provenant d’un important site du Minoen ancien, celui de Fournou Koryfi près du village de Myrtos Ierapetras. L’objet le plus célèbre du musée, la « Déesse de Myrtos », appartient à cette collection. Il s’agit d’un magnifique rhyton (de la XXIVe période du Minoen ancien) qui a la forme d’une déesse avec une toute petite tête, un cou très long et un corps en forme de cloche. Elle tient de la main droite – tout en la serrant de son bras gauche – une petite cruche dont le bec est la seule partie du vase d’où peut sortir un liquide.

Dans le passé, le musée a accueilli des expositions temporaires comme : « Lassithi, 5000 ans d’expression artistique, Nikos Sotiriadis, masques – statuettes 1997 ap. J.-C. », « Journées européennes du patrimoine culturel : L’eau immortelle », etc. Dans un avenir proche, les salles prendront leur forme définitive puisque la présentation des objets sera modifiée dans le cadre de l’intégration du musée au 3e cadre communautaire de soutien par la 24e Inspection des antiquités préhistoriques et classiques, dont dépend le musée.

(Auteur : M. Chatzipanagioti, archéologue)

  • Réduction sur le prix du ticket (€): 2
  • Prix du ticket (€): 3
  • Heures d’ouverture: Fermé temporairement en raison de travaux de rénovation