Faune

LA LISTE DE LA FAUNE CRETOISE INCLUT PLUSIEURS MILLIERS D’ESPECES.

Selon les estimations, il y aurait environ un millier d’espèces de faune endémiques, dont la majorité sont des invertébrés, c’est-à-dire, des araignées, des insectes, des diplopodes, des isopodes, qui, dans certains cas, présentent un caractère endémique marqué. L’exemple caractéristique sont les araignées dont près de 40 % sont endémiques, c’est-à-dire, près de la moitié des espèces d’araignées qui se trouvent en Crète existent uniquement ici et nulle part ailleurs.

En outre, il existe près de 130 espèces différentes d’escargots dont la moitié est endémique, tandis que la musaraigne de Crète (Crocidura zimmermanni), un petit animal insectivore qui ressemble à une souris, est l’unique espèce mammifère endémique de Grèce et vit uniquement dans les massifs montagneux des Montagnes Blanches, de Psiloreitis et de Dikti.

En Crète, l’on trouve également trois espèces de grenouilles, le prasinofrynos ou crapaud vert (Bufo viridis), le dentrovatrachos ou rainette verte (Hyla arborea) et la grenouille crétoise des lacs ou grenouille de Crète (Pelophylax cretensis) qui est une espèce endémique. Il existe également onze espèces de reptiles, une espèce de tortue, la tortue aquatique (Mauremys rivulata). Il n’existe pas d’espèce terrestre. Il existe également trois espèces de geckos, quatre espèces de lézards dont une est endémique, et quatre espèces de serpents, dont aucune n’est dangereuse pour l’homme.

L’on rencontre également 17 espèces de chauve-souris dont la plus caractéristique est la chauve-souris naine de Hanak (Pipistrellus hanaki), dont on trouve une population abondante dans la gorge de Samaria et qui est un des plus petits mammifères de la planète, 7 espèces de souris, 2 espèces de lagomorphes (le lapin de Crète et le lapin sauvage) ainsi que 5 espèces de carnivores, dont la plus caractéristique est le chat sauvage de Crète (Felis sylvestris cretensis). Les populations de cette espèce étaient très petites et l’on pensait qu’elle avait disparu mais, on en trouva un individu en 1997.

 

PREVNEXT

L’espèce mammifère la plus célèbre est probablement la chèvre sauvage crétoise (Capra aegagrus cretica) qui, jusqu’au XXe siècle, vivait sur tous les massifs montagneux de l’île. Toutefois, de nos jours, avec la diffusion de l’usage des armes à feu, son habitat est limité exclusivement aux Montagnes Blanches. En outre, elle court le risque immédiat de l’hybridation avec la chèvre domestique. Elle est également en danger en raison des interventions humaines qui fragmentent son habitat. Le danger de disparition de cette espèce et la nécessité de mettre immédiatement en place des mesures visant à la protection et à la récupération de la population de cette espèce étaient les principales raisons pour lesquelles le Parc national de Samaria fut proclamé zone protégée. Cette espèce vit dans les zones rocheuses, en haute altitude, des Montagnes Blanches. Elle est herbivore et présente des sens très aiguisés et des capacités particulières à se déplacer dans des zones accidentées. Une de ses caractéristiques les plus remarquables est que les mâles portent des cornes particulièrement puissantes dont la longueur peut atteindre le mètre.

La Crète est une étape migratoire des oiseaux. C’est pourquoi l’on peut y observer près de 350 espèces d’oiseaux. Parmi elles, plus de 80 se reproduisent en Crète. La plus importante est le gypaète ou « kokkalas » (Gypaetus barbatus). En Crète, on trouve l’unique population qui se reproduit dans tous les Balkans. Il s’agit d’un des plus rares rapaces d’Europe, qui habite exclusivement dans les habitats de montagne et se nourrit presque exclusivement d’os (d’où son nom « kokkalas », en grec, puisque « kokkalo » signifie « os »). On y trouve également le plus grand nombre de vautours (Gyps fulvus).

Parmi les autres espèces que l’on peut rencontrer en Crète figurent l’aigrette garzette ou lefkotsiknias (Egretta garzetta), l’aigle royal ou chysaetos ou vitsila (Aquila chrysaetos), la perdrix choukar ou perdrix des îles (Alectoris chukar), le corbeau (Corvus corax), le Chardonneret élégant ou karderina (Carduelis carduelis), le guêpier d’Europe ou melissofagos (Merops apiaster) et la chouette effraie ou tyto (Tyto alba).

Et enfin, la cigale. Le chanteur de l’été. Ces insectes, grands et inoffensifs, se trouvent partout en Crète, comme dans toute la Grèce, particulièrement parmi les oliviers. Mais, leur son caractéristique montre qu’ils sont toujours quelque part, près de vous. Les femelles pondent leurs œufs dans l’écorce douce des arbres et, lorsqu’elles éclosent, les nymphes tombent au sol et s’y enfouissent jusqu’à l’été prochain.